Archives par mot-clé : blender

Qui va chercher des huîtres cette année ?

C’était un peu son running gag de fin de permanence, au moment de partir. Jean-Luc lançais « Bon et bien je vais faire mon sénégalais ! » , et il fallait comprendre « Bon et bien je me tire ailleurs » (référence aux tirailleurs sénégalais pour ceux qui n’auraient pas compris).
Le 23 novembre dernier, Jean-Luc a fait son sénégalais pour de bon.

Jean-Luc avait rejoint le FabLab il y a un peu moins de 3 ans. Étant donné ses connaissances quasi encyclopédiques il avait tout de suite trouvé ses marques.
Jean-Luc est rapidement devenu un membre actif de l’association. En tant que bénévole, il prenait part aux événements auxquels Chantier Libre participait. assurait une grande partie des temps d’ouverture du Fablab.
Il tenait également un rôle déterminant dans les projets en cours et à venir du FabLab notamment la fraiseuse CNC Fraizilla.

Et s’il en parlait peu, Jean-Luc avait un passé dans le monde du logiciel libre et avait été actif dans la communauté de Blender, comme le montre la discussion qui fait suite à ce tweet …

ainsi que le témoignage suivant [https://lists.blender.org/pipermail/bf-committers/2019-November/050343.html]

Jean-Luc (lukep) was active in the period 2005-2009.

He first helped with docs, releases, and quickly moved to helping with the code. One of his oldest patches I could find was related to Mesh code (2005). He quickly moved to become our Mac OSX maintainer, contributing code to make that platform fully functional for Blender. 
His other projects were adding 6dof device support and implement the first version of a dependency graph.

Jean-Luc was also invited to participate in the Wintercamp workshop, in March 2009. This was the key workshop where the foundations of Blender 
2.5 were defined.

https://archive.blender.org/wiki/index.php/Dev:2.5/Source/Development/WinterCamp/

I will remember Jean-Luc for his warm (and French :) personality and for his friendship - it was a person we relied on. It was with sadness that 
he told me he couldn't find time to volunteer anymore - in Sept 2009 he moved to a new town and new job and life took precedence.

I hope Jean-Luc enjoyed good decade in the 2010s with his friends and family. I will remember him, and I know many of you here have fond memories as well.

Thanks Jean-Luc, your work is out there forever.

-Ton-
Ton Roosendaal 
Chairman Blender Foundation, Director Blender Institute

« Jean-Luc (lukep) a été actif de 2005 à 2009.

Il a d’abord aidé avec la documentation, la gestion des versions, et est rapidement passé à aider avec le code. Un de ses plus anciens patchs que j’ai pu trouver était lié à Mesh code (2005). Il est rapidement devenu notre responsable Mac OSX, contribuant au code pour rendre cette plate-forme entièrement fonctionnelle pour Blender.
Ses autres projets ont été d’ajouter le support de périphérique 6dof (appelées aussi souris 3D) et d’implémenter la première version d’un graphe de dépendance.

Jean-Luc a également été invité à participer à l’atelier Wintercamp, en
Mars 2009. C’était l’atelier clé où les fondements de Blender 2,5 ont été définis.

https://archive.blender.org/wiki/index.php/Dev:2.5/Source/Development/WinterCamp/

Je me souviendrai de Jean-Luc pour sa personnalité chaleureuse (et française 🙂 et pour son amitié – c’était une personne sur laquelle nous pouvions compter. C’est avec tristesse qu’il m’avait dit qu’il ne pouvait plus trouver le temps de faire du bénévolat – en septembre 2009, il a déménagé dans une nouvelle ville et vers un nouvel emploi et la vie a pris le pas.

J’espère que Jean-Luc a connu une bonne décennie dans les années 2010 avec ses amis et sa famille. Je me souviendrai de lui et je sais que beaucoup d’entre vous
[de la communauté Blender] ont de bons souvenirs aussi.

Merci Jean-Luc, ton travail est là pour toujours.

-Ton-
Ton Roosendaal
Président de la Fondation Blender, Directeur de l’Institut Blender »

Jean-Luc en compagnie de Benoît, Journées Du Logiciel Libre 2019

Au FabLab, Jean-Luc manquera énormément.
Yves regrettera « les discussions sur les US et autres sujets« .
Émilie retiens de lui « une gentillesse sans limite, un esprit serviable« .
Pour Benoît « Jean-Luc, c’était un bon mélange entre quelqu’un de sérieux un peu nounours, de prime abord, et quelqu’un toujours près à aider et rigoler. Ça peut paraître un peu bête, mais [il se souviendra] de lui comme « l’homme 3D » du FabLab, Grand Gourou d’OpenSCAD, et comme celui qui amenait le cidre ou le poiret quand on faisait des crêpes. Un bénévole comme on en voit trop rarement dans une association. Et [il sait] de quoi [il] parle. »
Serge et Jonathan pensent à quelque chose qui n’a l’air de rien, au coup de main donné pour réparer la boîte à vitesse de leur Nevada. « Il avait imprimé une pièce chez lui avec un matériaux spécial, ça [leur] avait grandement rendu service.« 
Selon Michel, il « nous a appris sans le vouloir à nous débrouiller tout seul. «Vous allez y arriver, ça prendra un peu plus de temps…». On inaugure aujourd’hui une nouvelle activité suite à son départ : on commence à ramer !« 

Pour Matthieu « sur les questions techniques, il n’y avait plus besoin d’internet: que ce soit sur les matériaux, les techniques d’usinage, l’impression 3D, le firmware de la découpeuse laser… il suffisait de demander à Jean-Luc. Je regretterai de n’avoir pu me mettre à OpenScad avec lui, il adorait ce logiciel, j’espère d’ailleurs qu’il ne m’en a pas trop voulu de le pousser à utiliser Freecad pour dessiner notre fraiseuse, mais il a poussé un paquet de jurons en le faisant. Il était toujours sur plein de projets en même temps, son imprimante 3D multicolore, Fraizilla, de nouvelles chaises à découper pour le fablab. Nous les finirons en pensant à lui. C’était quelqu’un de gentil généreux et serviable en plus. Il va me manquer »

En ce qui me concerne, je voyais qu’étant donné son érudition et son caractère, il était difficile d’affirmer ses opinions. A moins d’avoir préparer de solides arguments, ça pouvait alors être un peu frustrant.
Et elles vont nous manquer ces nombreuses discussions sur de nombreux sujets quels qu’ils soient, en liens avec le fablab ou non : les Trumperies, les Annales du Disque-Monde, Postmodern jukebox, les tropes, la paracord, et j’en oublie.
Bon vivant il avait déjà une très bonne idée de la machine à café appropriée pour le futur espace de coworking, et fin de l’année dernier il s’était proposé pour apporter des huîtres à l’occasion d’une rencontre entre adhérents.
D’où une question (parmi tant d’autres) : qui ira chercher des huîtres cette année ?

La cérémonie religieuse a eu lieu le 27 novembre 2019 au funérarium de Roanne. Jean-Luc repose maintenant au cimetière de Ranchal.
Il avait 54 ans.

Atelier du Lundi : la modélisation 3D (MOOC F.U.N.)

La troisième partie du MOOC Fabrication Numérique, « Désigner et modéliser dans un FabLab », se poursuit cette semaine et donc l’Atelier de ce lundi est consacré à la modélisation 3D.

Après le logiciel 2D Inkscape, on passe à la 3D avec la découverte des outils Tinkercad et Blender. Et puisqu’on n’est pas Chantier Libre pour rien, on n’oubliera pas Freecad.

Donc si vous souhaitez vous frotter à la 3D, rendez-vous lundi 31 octobre, 18h30 au FabLab.

Atelier impression 3D et déco de Noël au Lay t’Motiv

Ce mardi 24 novembre, de 18h30 à 20h00, nous modéliserons des décorations de Noël pour les imprimer en 3D au café associatif Lay t’Motiv. . Au programme:

  • (re)découverte de la modélisation 3D avec Blender (pour les grands débutants, pas de panique, il y a des objets préparés à personnaliser.
  • (re)découverte de l’imprimante 3D.
  • Impression de décorations pour le bar. Nous essayerons à cette occasion le filament qui brille dans le noir !!
    • pour ceux qui voudraient imprimer des décos pour eux, vu le temps d’impression, rendez-vous au fablab un jeudi après-midi pour les imprimer 😀

Petit rappel, le bar associatif Lay t’Motiv c’est par ici:

Lab impression 3d aux Folles Journées de l’Architecture

Cette année de nouveau le fablab Chantier Libre organise le lab impression 3D des FJA à l’école d’architecture de Nancy de 10h à 17 le samedi 11 octobre.

Cette manifestation ouverte à tous et gratuite permet de découvrir de nombreux ateliers et activités autour de l’architecture, avec comme thème cette année « Des habits et Vous ? »

Concernant le lab, l’idée est que chacun puisse personnaliser une maquette qui sera ensuite imprimée. Pour cela, comme nous l’avions expérimenté l’année dernière, nous utiliserons Blender et les shapekeys pour permettre à des gens n’ayant pas de base en 3D de créer leur propre forme en mélangeant différentes formes prédéfinies.

Ces micro maquettes sur une base pentagonale peuvent s’imbriquer les unes dans les autres pour créer une structure arborescente qui « poussera » au cours de la journée. Les maquettes 3D s’assemblent pour créer une structure 3D. On se détache ainsi de la verticalité et de la perception habituelle du volume construit. Chaque maquette pourra en effet être vue de tous les côtés, brouillant les notion de dessus/dessous, d’intérieur/extérieur, volume/surface.

Nous avons réussi à imprimer plus de 30 micro-maquettes dans la journée

Merci à l’association RIR qui nous a prêté une imprimante pour cette journée.

Carte en 3D interactive à la fête de la science à Roanne

Pour la fête de la science 2014, le 8 octobre, nous présenterons la carte en 3D interactive que nous avons conçue et fabriquée pour la Ligue de l’Enseignement.

Il s’agit d’une carte du département de la Loire découpée avec notre fraiseuse Shapeoko à partir d’un nuage de points de l’IGN retravaillé dans Blender. Sur celle-ci sont projetés différentes images permettant d’apprécier à la fois les reliefs et le contenu pédagogique crée par la ligue de l’enseignement. Le support du video-projecteur a bien sûr aussi été fabriqué au fablab.

Nous avons fraisé aussi une carte du bassin versant entier, de la source de la Loire jusqu’à son estuaire.

Impression 3D, terre et transparence

Le travail sur les enduits en terre marqués à l’aide de rouleaux imprimés en 3D m’a donné d’autres idées sur le mélange terre et impression 3D. Il est en effet possible de jouer sur les creux des motifs imprimés pour décider ou garder la terre et ou laisser apparaître l’impression 3D sur un objet. Si en plus on imprime avec du PLA translucide, on peut obtenir des effets de lumière très intéressants.

 

Hommage à Eames, un oiseau lumineux imprimé en 3D

Cette vieille cage a oiseau en bois est restée vide pendant de longues années. L’objet est beau en lui-même et je voulais lui donner une seconde vie mais sans y placer de vrai oiseau. j’ai donc décidé d’y placer un oiseau imprimé en 3D. En cherchant des références pour modéliser mon oiseau, je suis tombé sur ce modèle de l’oiseau de Eames qui m’a beaucoup plu par sa simplicité et sa beauté.
Pour rendre l’oiseau plus « vivant », je voulais l’illuminer de l’intérieur avec une led multicolore, j’ai donc modifié le modèle avec Blender pour qu’il y ai un espace pour loger la led. Les fils pour brancher la led servent de pate à l’oiseau.
Ensuite, il suffit d’un peu de programmation sur arduino pour que la couleur et le rithme des battements de ce coeur lumineux varient en fonction de stimulis externes.

Terre et impression 3D

Nous avons testé lors d’une intervention scolaire dans un collège un nouvel atelier que nous allons pratiquer cette année scolaire.

Il s’agit de reprendre la technique des rouleaux de caoutchouc qui permettaient de faire de frises sur les papiers peints, mais ici pour marquer un enduit de terre crue encore frais.

La première étape est de modéliser un rouleau dans Blender. Ce rouleau peut être ensuite modifié pour y dessiner des motifs. Ceux-ci peuvent être dessinés en mode sculpture, ou bien générés mathématiquement par des textures procédurales comme c’est le cas dans les exemples suivants.

Le rouleau est ensuite imprimé en 3D et fixé sur un manche de rouleau de peinture standard.

Il pourra ainsi servir à dessiner des frises répétitives dans l’enduit en terre crue encore frais. Le coup de main à prendre est de sentir le moment auquel la terre est encore assez plastique pour être marquée, mais plus assez humide pour coller au rouleau. La pression exercée doit aussi être dosée comme il faut.

La profondeur et la taille des motifs devra être adaptée à la terre utilisée: des motifs trop fins risquent de ne pas marquer ou de garder coincés de grains de sable de l’enduit.

Cette technique peut bien sûr aussi être utilisée sur du béton frais, pour réaliser des seuils anti-dérapants par exemple (on n’a plus bien sûr ici les qualités environnementales de la terre, ni sa beauté et sa chaleur).

Cette technique permet de personnaliser des enduits d’une manière assez rapide, tout en gardant une démarche artistique et sans avoir besoin d’industrialiser ou standardiser le processus: le prix de matière première est négligeable, et une fois que l’on maîtrise le processus de conception/fabrication, celui-ci est assez rapide et l’on peut se concentrer sur le côté artistique.

 

Démonstration de l’imprimante 3D à l’école primaire de Cordelle

Ce matin, les classes de CP et de CE1-CE2 de l’école de Cordelle ont eu une démonstration de l’impression 3D:

Nous avons voulu leur donner rapidement un aperçu du fonctionnement de l’imprimante, mais aussi des différentes étapes nécessaires avant de pouvoir imprimer un objet. Nous avons donc fait une rapide démonstration de modélisation d’une petite maison avec Blender, que nous avons ensuite imprimée. La taille de l’impression était bien sûr très réduite pour permettre de finir l’impression le temps de répondre aux très nombreuses questions des élèves.

Démonstration impression 3D école de Cordelle Maison 3D CP Cordelle